La gélinotte, experte du camouflage

Parmi les oiseaux forestiers du Québec, la gélinotte huppée est l’un de ceux que je préfère photographier.  Parce que son plumage est franchement impressionnant.  Sa morphologie tout autant.  Et aussi parce qu’elle fréquente les sections basses de la forêt (sol et premières branches des arbres), ce qui permet de la photographier assez facilement.

Mais je dis bien « assez » facilement.  Car cet oiseau est un maître du camouflage.  S’il ne remue pas sous notre passage, il est à peu près impossible de le repérer.  Et s’il s’envole pour aller se réfugier plus loi, il est alors très difficile de le retrouver.  Mais parfois, là où la pression de chasse n’est pas trop forte, l’oiseau se laisse approcher de près, nous permettant de faire de fort belles photos.

Au printemps, les mâles recherchent activement les meilleurs promontoires d’où ils tambourineront pour attirer les femelles.  Ce puissant vrombissement, ils le font en frappant leurs ailes contre leur poitrine.  Cet appel peut se faire entendre jusqu’à un kilomètre de distance.  On reconnaît les promontoires actifs par les crottes de la gélinotte qui se trouvent tout autour.  L’automne, le mâle tambourine à nouveau.  Mais cette fois, c’est pour éloigner les compétiteurs potentiels de ses quartiers d’hiver.

gélinotte (1 sur 1)

Quand je chassais encore, j’imitais le tambourinage de la gélinotte en frappant mes mains contre ma poitrine.  La gélinotte me répondait et me conduisait jusqu’à elle.  Mais ça, c’était à une autre époque.

Le mâle est un peu plus grand que la femelle.  Ils se ressemblent toutefois beaucoup.  On doit regarder la queue des volatiles pour les distinguer franchement.  Le mâle arbore une ligne noire continue sur sa queue en éventail alors que chez la femelle, cette même ligne est interrompue en son centre.

Mâles et femelles ne vivent pas ensemble.  Mais sur des territoires séparés.  Ils ne se retrouvent que pour l’accouplement.  La femelle construit le nid au sol, normalement à la base d’un arbre.  Il s’agit d’un simple bol qu’elle remplira de 7 à 12 oeufs.  L’éclosion survient quelque 25 jours après la ponte.  Si la femelle croit ses poussins en danger, elle imite un oiseau blessé.  C’est un subterfuge employé abondamment parmi les espèces d’oiseaux.

La gélinotte consomme des insectes.  Elle apprécie aussi les baies, les graines, les champignons et les bourgeons.  Elle consomme aussi des feuilles tendres.  Afin de l’aider à broyer ses aliments, elle se rend régulièrement près de sentiers sablonneux.  Elle y prélève des cailloux qui lui permettent de mieux broyer les aliments qui se trouvent dans son gésier.

La gélinotte est la proie de bon nombre d’animaux de la forêt.  Parmi eux, on compte le renard roux et les oiseaux rapaces.  Il y a quelques étés de cela, j’ai rencontré une gélinotte qui semblait nerveuse.  J’ai compris qu’un faucon l’a ciblait pour son prochain repas.

Les forêts mixtes constituent l’habitat de prédilection de la gélinotte.  Celle-ci a besoin des essences feuillues pour s’alimenter.  Mais les conifères sont aussi très importants pour elle.  Ce sont ces arbres qui lui procurent des abris pour se protéger des éléments.

Il faut dire que la gélinotte est un oiseau qui souffre du froid.  Pour elle, un bon hiver en est un avec d’importantes couches de neige molle.  Elle pourra ainsi s’enfouir dans la neige, qui est un bon isolant, pour se prémunir du froid.  Les saisons froides où il n’y a pas beaucoup de neige, ou encore pire, quand il y a de dures croutes de glace par-dessus la neige, la gélinotte s’épuise et devient plus vulnérable aux prédateurs.  Elle peut aussi tout simplement mourir de froid et de faim.

Cet hiver, j’ai croisé la route d’une gélinotte qui ne semblait pas apprécier du tout la pluie verglaçante que nous offrait dame nature ce jour-là.  Elle demeurait immobile sur une branche d’un grand conifère, et semblait espérer le retour du temps doux.  J’ai alors sorti mon iphone (qui a plus souffert de la pluie que la gélinotte) et ai capté une petite vidéo.

Publicités

Le moqueur-chat pointe le bout de son bec

Ces derniers jours, j’ai repéré un secteur où les râles de Virginie se nourrissent.  Je me suis dit ce matin que je tenterais à nouveau de prendre comme il faut cet oiseau en photo.

Aussi bien dire qu’il s’agit là d’un défi.  Le râle de Virginie a la réputation de se faire entendre beaucoup plus souvent que de se faire voir.  Il faut dire que l’oiseau est petit.  Il mesure environ 25 centimètres.  Et il fréquente des habitats franchement difficiles d’accès.   Les miens vivent dans de denses bosquets de phragmites qui poussent dans l’eau.  Y pénétrer est compliqué.  Et ça fait du bruit quand on le tente.  Ce qui effraie, bien entendu, les râles.  Et parlant de frayeur, je dois dire que c’est quand même stressant pour moi de pénétrer dans ces herbes hautes.  Il y a là des tiques porteuses de la maladie de lyme!

Encore aujourd’hui, le râle a eu le dessus sur moi.

J’ai pu m’approcher assez près de l’oiseau, mais les tiges des phragmites bloquaient presque complètement la vue de ma caméra.  La seule photo que j’ai pu prendre ne rend aucunement justice à la beauté du râle.

râle2 (1 sur 1)

Face au ô combien furtif râle, j’ai peut-être perdu une seconde bataille, mais je ne m’avoue pas vaincu pour autant!

En déambulant dans les bosquets de phragmites, j’ai par contre eu la chance de croiser le regard d’un moqueur-chat.  Un oiseau qui a un chant mélodieux.  Et un cri fort particulier (on peut les entendre ici).  Cri qui rappelle, dans certaines de ses intonations, le miaulement d’un chat.

moqueur-chat (1 sur 1)

Lui aussi aime bien se dissimuler dans les herbes hautes.  Mais pas toujours au sol comme le râle.  Ce qui m’a donné la chance, ce matin, de l’apercevoir dans une percée parmi les herbes!

Pendant que j’étais assis près du marais, espérant l’arrivée du râle du côté de ma position, je prenais des photos du marais. Je le trouve très beau. Dans la région de Montréal, les terres humides ont presque complètement été détruites.  Ce sont pourtant des habitats très riches et variés.  Il faudra bien, un jour ou l’autre, apprendre à faire attention à ce qui nous entoure…