Le castor, un précieux allié

Les gens le dénoncent souvent car il endommage parfois les infrastructures humaines en construisant ses barrages.  L’eau ainsi retenue finit par déborder et inonder le pays des hommes.  Et pourtant !  En nature, le castor est très important.

Les étangs « artificiels » qu’il crée en construisant des barrages de branches, de troncs, de boue et parfois même de pierres lui permettent d’accéder plus facilement aux arbres environnants.

barrage3

C’est que sur terre, le castor est plutôt balourd.  Il devient dès lors une proie assez facile pour ses principaux prédateurs que sont le loup, le coyote, l’ours, le lynx, le pékan et parfois même la loutre.

En faisant monter le niveau de l’eau, le castor s’assure aussi de conserver l’entrée de sa hutte sous la surface.  Il s’agit là d’une mesure de protection supplémentaire.

Le castor inspecte régulièrement son barrage.  Il colmate les brèches dès qu’il les aperçoit.  On croit aussi que le son de l’eau qui coule trop fort lui indique que le barrage ne fait plus son travail comme il faut.  Cela l’attire rapidement dans le secteur.

Le castor est un animal qui préfère le crépuscule ou la nuit pour se livrer à ses activités.  Il est très rare de le voir sur la berge en pleine journée.  Il se nourrit principalement d’écorce et de feuilles.  Il mange aussi les racines de certaines plantes aquatiques.

C’est un animal assez volumineux.  Il peut peser de 11 à 35 kilogrammes.  On dit même que certains individus pourraient atteindre 45 kg.  Mais en nature, cela serait assez étonnant car il ne vit là que 10 ans, alors qu’il peut atteindre les 20 ans en captivité.

Une seule portée est produite par année (1 à 8 petits).  L’accouplement a lieu en janvier ou février.  La mise bas a lieu quelque 100 jours plus tard.  Les jeunes quittent le noyau familial vers l’âge de deux ans.

Les étangs qu’il crée constituent des habitats de choix pour une pléthore d’autres espèces.  Les prédateurs les fréquentent.  Les rats musqués les apprécient.  De même que les canards.  On y aperçoit régulièrement le vison.

Pour une vidéo de ma dernière rencontre avec l’ingénieur de la forêt boréale, c’est par ici:

Publicités