Hier, j’explorais des milieux humides en périphérie de Montréal quand je suis tombé sur un phénomène que j’espérais observer depuis des années.  La sortie printanière des couleuvres de l’hibernacle!

La couleuvre rayée (Thamnophis sirtalis) est un animal ectotherme.  Ça signifie que la température de son corps varie en fonction de la température ambiante.  L’hiver, elle doit donc se mettre à l’abri. Et pour ce faire, elle peut parcourir des kilomètres pour retrouver son hibernacle.

En guise d’hibernacle, la couleuvre peut choisir des éboulements de roches, des crevasses dans la terre, des terriers de mammifères abandonnés.  Ce qui est important pour elle, c’est que la température de son repaire ne franchisse jamais la barre du zéro degré celsicus, ce qui marquerait bien sûr son arrêt de mort.  C’est que contrairement à certains amphibiens du Québec, comme la grenouille des bois (lithobates sylviaticus), la couleuvre rayée ne possède pas de substances antigels qui protègent ses cellules en cas de gel.  Une fois congelée, la couleuvre meurt.  Pas la grenouille des bois!

La température idéale de l’hibernacle est de 3 ou 4 degrés.  Les cachettes sont recherchées et il n’est pas rare de retrouver des dizaines de couleuvres dans le même hibernacle.

Hier, l’hibernacle que j’ai repéré était un simple trou dans la terre.  Des dizaines de couleuvres en sortaient toutes en même temps.  Les réserves de graisse s’épuisant tout le long de l’hiver, les températures clémentes du printemps lancent donc la nécessité de s’alimenter.  Et de se reproduire aussi!

Ç’a été tout un spectacle.  Je me suis couché sur le sol.  Les couleuvres sortaient et sortaient d’un trou à peine plus gros qu’une seule d’entre elles (la couleuvre rayée peut mesurer jusqu’à 60-70 centimètres).  Elles étaient si peu farouches que plusieurs sont venues à ma rencontre.  Certaines passaient sur mon corps.  Alors que d’autres m’inspectaient de leur langue sur la peau de mes mains et des mes bras.

hibernacle

Le phénomène a duré des heures.

Tout un souvenir!

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Découverte d’un hibernacle

Laisser un commentaire