Ça faisait quelques jours que je trouvais que ma mante africaine (sphodromantis lineola) se comportait étrangement. En fait, elle était très peu active.

Je suspectais qu’elle préparait une mue.

Et ce matin, mes prévisions ont été confirmées. J’ai trouvé l’enveloppe de ma mante au fond du vivarium.

Il s’agit d’un processus qui permet à l’insecte, en l’occurrence ici une mante africaine, de produire une nouvelle cuticule en se débarrassant de l’ancienne. L’insecte va ainsi grandir en taille.  Il peut simultanément acquérir de nouveaux organes ou se métamorphoser.

Chez sphodromantis lineola, la durée de vie est d’environ un an pour la femelle. Un peu moins pour le mâle. Le mâle muera 7 fois avant d’atteindre la taille adulte. La femelle, elle, muera 8 fois. Elle atteindra une taille de 10 centimètres. Ce qui fait d’elle un insecte trop lourd pour voler. Le mâle, plus petit, possède quant à lui des ailes et peut s’en servir.

C’est une bonne idée, considérant que la femelle dévorera très souvent le mâle à l’issue de l’accouplement. Dans pareilles circonstances, aussi bien s’envoler rapidement une fois l’acte consommé 😉

Laisser un commentaire