Depuis le retour des fêtes, je m’implique à fond dans mon plan consistant à monter un studio de photographie macro-animalière à la maison. J’ai commencé par concevoir un terrarium pour un correlophus ciliathus (gecko à crêtes). Et préparer un endroit où je pourrais le poser efficacement.  J’ai bien réussi cette mission.  Il faut dire que le ciliathus est un sujet photo parfait, car très volontaire et calme il est.

Mais des lézards, on n’en a pas au Québec. Et mon but est quand même de préparer cet hiver le terrain pour la photographie d’espèces du Québec. Je voulais donc concevoir un second terrarium, dans lequel je voulais placer des amphibiens, espèces que je pose régulièrement dans la nature de chez nous.  Le terrarium que j’avais sous la main mesure 45cm par 45cm par 45 cm.  C’est un terrarium de taille moyenne, donc.

J’ai étudié plusieurs espèces qui auraient pu trouver leur place dans ce terrarium.  J’avais vraiment le goût de jeter mon dévolu sur Agalychnis callidryas (rainette aux yeux rouges).   Mais la femelle peut atteindre 10 cm de long.  C’est un peu trop gros à mon goût pour un terrarium de 45-45-45.  J’ai peut-être accepté de travailler en partie avec des animaux en captivité (car je continue bien sûr mon travail en nature), il n’en demeure pas moins que je veux malgré tout leur procurer des conditions de maintenance les plus confortables possibles.  Et cela commence par leur procurer des espaces suffisants.

C’est alors que Hyperolius Concolor (rainette de Reed) a attiré mon attention.  Il s’agit d’une toute petite grenouille africaine.  Elle ne mesure que 2 ou 3 cm.  Parfait, donc, pour mon terrarium.  Je me suis par conséquent mis à la tâche.  C’est-à-dire que j’ai commencé à préparer un terrarium de type tropical.  Avec une petite chute.  De la mousse.  Des plantes naturelles.  Et bien des cachettes.

Une fois la mission terminée, je me suis rendu à l’animalerie de Montréal qui se spécialise dans les reptiles et amphibiens.  J’ai acheté trois rainettes de Reed.  Et du moment où je les ai placées dans le terrarium…elles se sont volatilisées!

J’ai tellement bien conçu un univers naturel avec plein de cachettes que les rainettes ont su s’extraire à mon regard très rapidement.  J’ai tout juste eu le temps de prendre 2-3 photos de l’une d’entre-elles qui est demeurée dissimulée quelques instants sous une petite branche une fois sortie de sa boîte de transport (et pas très bonnes qui plus est).  Et après, pouf, disparue elle aussi.

Avec une taille inférieure à 3cm, on peut facilement imaginer que cet animal parvient à se dissimuler très efficacement, même si l’espace n’est que de 45-45-45 (J’aurais quand même dû y penser avant…)

Le gecko à crêtes se dissimule lui aussi durant le jour, et même s’il est passé maître dans l’art de se cacher, il n’en demeure pas moins que le retrouver dans un terrarium prend au maximum quelques secondes.  Les rainettes de Reed, elles par contre, ça doit bien faire une heure que je les cherche, et impossible de les apercevoir.  Bien sûr, il s’agit d’un animal nocturne.  Il faudra vérifier le degré d’activité de celles-ci une fois la lumière de jour du terrarium éteinte.  J’espère être en mesure de prendre de bonnes photos une fois la noirceur installée, mais une chose est sûre, c’est que ça sera tout un défi.

Et contrairement au gecko à crêtes, il s’agit ici d’un animal beaucoup trop fragile pour être manipulé par un photographe.  Je ne pourrai pas les prendre et les placer à un endroit qui me plaît pour prendre une photo.  Je devrai attendre que la magie opère, sans mon intervention.  Mon petit doigt me dit que je devrai quasiment faire de l’affût dans mon studio 🙂

Farces à part, ce blogue a pour but de vous communiquer mes essais et de vous partager mes erreurs.  Avec le recul de la journée, je me dis que j’en ai probablement fait une première importante, parce que j’aurais dû choisir une espèce plus grande que la rainette de Reed comme seconde espèce pour mon studio.  Le fait est que j’investis quand même des sous dans cette opération, et ce, même si j’achète les terrariums et accessoires sur le marché de l’usager.  Si je ne parviens pas à faire de bonnes photos de cette espèce, le jeu n’en vaudra pas la chandelle.  Et j’aurai en quelque sorte gaspillé mes dollars.

Je vous tiens au courant de la suite de l’aventure 😉

 

Laisser un commentaire