Celui qui sait regarder les remarquera à coup sûr puisqu’elle sont nombreuses.  Qui plus est, elles aiment trôner au sommet des plantes, sur des fleurs bien souvent, là où elles sont très visibles.  Ce n’est certes pas pour rien qu’elles se positionnent à pareil endroit.  C’est que les punaises demoiselles aiment bien la chair tendre des petits insectes qui les entourent.  Et les fleurs les attirent en grand nombre, là où elles peuvent les attraper plus facilement!

La punaise demoiselle fait partie de la famille des nabidés.   Il y a plus de 400 espèces de punaises demoiselles dans le monde, et 40 en Amérique du Nord seulement.

Ce sont des insectes qui mesurent de 3 à 12 mm, tout dépendant de l’espèce.  Ces punaises ont de grandes pattes à l’avant pour saisir leurs proies.  Ensuite, elles percent leur carapace à l’aide de leur rostre pour par la suite sucer leurs fluides intérieures.

Coléoptères, charançons, mouches et cicadelles n’ont qu’à bien se tenir!

Parce qu’elles consomment un tas de petits insectes dits nuisibles, l’humain a décidé de placer ces punaises dans la catégorie « bons insectes ».

Les punaises demoiselles ressemblent beaucoup aux réduves, qu’on appelle aussi punaises assassines.  Les fémurs de la punaise demoiselle sont par contre plus développés que ceux des réduves.

L’automne venu, la punaise demoiselle se dissimulera parmi les feuilles mortes.  Elle « reviendra » à la vie au printemps.  Le mâle meurt tout de suite après la reproduction. La femelle après avoir pondu ses oeufs.  Tout dépendant des régions, il pourra y avoir jusqu’à 5 générations de punaises demoiselles au cours de l’été.  C’est dire qu’elles ne se rendront pas toutes à l’automne.

La punaise demoiselle est elle-même la proie des amphibiens, des oiseaux et des arachnidées.

J’ai réalisé cette série de photos avec une caméra Sony A77ii.  Monté dessus, il y avait un objectif Tamron macro 180mm.  J’ai utilisé un trépied et un flash avec diffuseur.  Mais ce n’était pas un trépied avec rail macro.  Ce qui m’a rendu la tâche plus difficile.  Qui plus est, nous en sommes au début de la saison de macro, et j’ai ajusté mes ISO trop haut.  à 800 pour être plus précis.  Ce qui mine la qualité du piqué.  D’ailleurs, je me rends de plus en plus compte que mon objectif Sony macro 90mm est beaucoup plus performant pour la macro descriptive que l’objectif Tamron 180mm.  La sony 90mm me permet d’être plus proche de mes sujets et de capter ainsi plus de détails.

Publicités

Laisser un commentaire