Hier, durant la nuit, j’ai vécu une expérience spectaculaire et bouleversante à la fois.

Ma nouvelle amie Isabelle Picard, une biologiste spécialisée en faune aquatique et qui m’aide pour mon projet de film sur la rainette faux-grillon, m’avait dernièrement parlé d’un endroit dans le coin de Magog où les amphibiens sortent la nuit.  Ils sortent lorsque le temps est relativement chaud et pluvieux, au printemps, pour se rendre sur les sites de reproduction.  Ils font ensuite la route inverse pour retourner sur les sites où ils passeront l’été.  Lorsqu’ils migrent, il est facile de les apercevoir…et de les prendre en photo!

Des centaines et des centaines de salamandres maculées, de rainettes crucifères, des grenouilles vertes et léopards, de tritons verts et autres crapauds sont à cet endroit très nombreux, à chaque fois que le soir est propice à leur sortie.  Hier, le contexte était parfait.  Il n’en fallait pas plus pour que je saute dans ma voiture et que j’aille retrouver Isabelle à cet endroit afin qu’elle me fasse découvrir cette réalité que je ne connaissais aucunement.

Cet endroit, plus précisément, c’est Fitch Bay.   Ça se trouve au Lac Memphrémagog.  Isabelle y était hier, dans la nuit, avec des équipes de l’organisme Memphrémagog Conservation Inc. (MCI)  Leur travail était de recenser tous les individus qu’il serait possible d’apercevoir en se promenant sur le bord de la route et de tout noter ça minutieusement dans des documents qui devaient être remis par la suite au Ministère des Transports du Québec.

Que vient faire le Ministère des Transports dans cette histoire, me direz-vous!  Je parle de ce ministère parce qu’il est directement concerné par un grave problème.

À Fitch Bay, pour se rendre sur les sites de reproduction, les amphibiens doivent traverser une route de campagne…

Comme on peut facilement se l’imaginer, de si petits animaux sont très difficiles à apercevoir sur l’asphalte, la nuit.  Qui plus est, ils se déplacent très lentement.  Le résultat étant que les voitures qui circulent là les écrasent en grand nombre.

Lors du décompte d’hier, un tronçon de route de 3,1 km était visé.  Environ 240 amphibiens traversant la rue ont été aperçus vivants par les troupiers d’Isabelle.  Mais 146 ne sont pas parvenus à atteindre l’autre côté de la rue.  Ils ont tout simplement été écrasés par des voitures.  On parle d’un taux de mortalité de 60% !  C’est énorme!

carcasse

Alors que nous étions sur l’accotement pour réaliser des images, Geneviève et moi  entendions les amphibiens éclater sous les roues des voitures qui passaient.  C’était franchement bouleversant et déprimant.  De si spectaculaires animaux mourraient ainsi pour strictement aucune raison valable.

J’ai de ce fait passé une partie de la nuit à prendre les amphibiens dans mes mains pour les reconduire de l’autre côté de la rue.  Normalement, je ne touche jamais les sujets que je pose.  Mais dans un tel cas, le stress engendré chez mes sujets par mes manipulations n’était rien à côté de la possibilité énorme de se faire écraser par une automobile; alors j’ai sciemment violé une des règles que je m’impose normalement.

 

Les quelques dizaines d’amphibiens que j’ai ainsi pu sauver ne changent pas grand chose au bout du compte, me direz-vous. Mais au moins cela m’a donné bonne conscience.  Il faut quand même savoir qu’en une seule saison de reproduction, on parle facilement de milliers d’amphibiens qui meurent écrasés sur cette route seulement.  Une meilleure solution que la mienne doit dès maintenant être envisagée.  C’est l’évidence même!

C’est pourquoi Isabelle et la belle gang du MCI s’investissent dans ce dossier.  Avec les informations qu’ils récoltent, ils veulent convaincre le Ministère des Transports d’agir enfin.  Et agir dans un tel cas, ça veut dire entre autres construire des passages fauniques.  Plusieurs stratégies, à ce chapitre, peuvent être employées afin de couronner le tout de succès.  Entre autres choses, des barrières servant à conduire les animaux à des tunnels leur permettant de passer sous la route peuvent être érigées.  Et des étangs devant convaincre les animaux de rester d’un seul côté de la route, évitant de ce fait de traverser la zone mortelle que constitue la route pour eux, pourraient être construits.

Bref, il y a des solutions pour mettre enfin un terme à ce carnage.  Et elles doivent être appliquées le plus rapidement possible.

Je vous encourage d’ailleurs à vous rendre sur le site du MCI et de les appuyer!

***

Afin de me remonter le moral, après avoir vu tous ces amphibiens morts sur la route, je me suis  rendu sur le site de reproduction des rainettes crucifères.  En tant que « chasseur » de rainettes faux-grillon, quand je suis entré dans les buissons trempés, les pieds dans l’eau, je cherchais les rainettes crucifères au sol, sous une herbe ou une autre.  Je les cherchais là où j’aurais normalement trouvé une faux-grillon, quoi.  J’avais pourtant beau scruter l’environnement de tous mes yeux grands ouverts, je n’apercevais rien.  Les crucifères étaient pourtant là.  Je les entendais chanter si fort dans mes oreilles.

Mais pourquoi ne pouvais-je les apercevoir alors que j’étais si proche!?  En me grattant le dessus de la tuque, je relevai le regard et j’ai alors aperçu toutes ces rainettes accrochées aux branches des arbustes qui m’entouraient!  Elles grimpaient dans les arbres pour mieux chanter et appeler de plus loin les femelles, voilà pourquoi je ne les voyais pas!  C’était hallucinant.  Je me serais pratiquement cru dans une forêt du Costa Rica… enfin tel aurait pu être le cas si la pluie n’avait pas été si froide!

Ces animaux magnifiques méritent qu’on fasse quelque chose pour eux.  La première étape est de faire connaître le problème de Fitch Bay autour de vous.  Plus nombreux nous serons à savoir, et plus grandes seront les chances que le problème soit corrigé rapidement.

Alors je compte sur nous!

Publicités

2 réflexions sur “Une sortie de nuit bouleversante