Ma sortie au coyote ne fut pas couronnée de succès.  La météo ne m’a pas fait de cadeaux durant les jours où j’étais sur la piste de ce canidé magnifique.

Pourtant, quelques jours seulement avant mon arrivée sur le site retenu pour l’opération photo, les coyotes étaient très actifs.  Mais la mauvaise météo qui nous a frappés dès mon arrivée semble les avoir convaincus de ne plus bouger d’un poil, de se mettre bien à l’abri d’ici le retour du temps doux.

Décidément, ces coyotes me donnent du fil à retordre.  Mais je n’ai pas dit mon dernier mot.  Je vous en passe un papier.

Au moment d’écrire ces lignes, une caméra de surveillance enregistre les informations concernant un spot où circulent activement les coyotes. Cette caméra sera en place environ deux semaines.  Sans qu’un humain ne passe dans le secteur durant cette période.  Car personne n’y passe jamais, à part moi bien sûr.  Cette tranquilité devrait rassurer les canidés.  Et un coyote devrait de ce fait passer directement devant la caméra d’ici à ce que j’y retourne. Enfin je l’espère.

Si tel est le cas, les informations que je prélèverai me permettront de placer un piège photographique plus efficacement. Et d’obtenir ainsi une photo digne de ce nom.

***

Pendant que j’attendais le passage des coyotes au cours de la dernière semaine, j’ai quand même pu observer bien des oiseaux, dont les sympathiques mésanges à tête noire.  Elles semblaient se demander à quel jeu je jouais.  Avec mon appeau électronique imitant le cri des coyotes. Ou d’un animal blessé.  Cris qui les attirent, je ne sais trop pour quelle raison d’ailleurs.  Les mésanges semblaient trouver tout aussi étrange ma peluche imitant un lapin en détresse qui se trémousse (au bout d’une baguette métallique) 😉

lapin (1 sur 1)

Les mésanges, elles, au moins, se sont laissées facilement photographier 😉

Publicités