Nous n’avons définitivement pas terminé de mesurer tous les impacts provoqués par les bouleversements climatiques.   La façon dont les espèces les plus spectaculaires sont impactées par ceux-ci retiennent, normalement et de prime abord, notre attention.  Un peu moins quand même que l’impact qu’ils ont sur l’activité humaine.

Mais dans la discrétion des buissons, un changement important s’est opéré au Québec.  Et on commence tout juste à s’intéresser sérieusement à ce phénomène lié aux bouleversements climatiques.  Il s’agit cette fois d’un minuscule animal qui a fait ici son apparition, ayant migré des terres américaines.  Le climat du Québec étant désormais un peu plus clément, la tique à pattes noires (Ixodes scapularis) a trouvé chez nous un nouveau pays confortable pour elle.  Au grand dam bien sûr  de ceux qui fréquentent assidûment la nature.

Cette tique est minuscule.  Comme toutes les tiques vous me direz.  Au stade adulte, cet acarien ne mesure que quelques millimètres. Au stade de nymphe, elle est à peine visible à l’oeil nu.  Les tiques sont des parasites voraces qui se nourrissent du sang de tous les vertébrés, dont l’humain.

Au Québec, nous avons désormais 12 espèces de tiques.  Mais pourquoi Ixodes scapularis serait-elle plus problématique que les autres?  Tout simplement parce qu’elle transmet la bactérie Borrelia burgdorferi.  Aussi bien dire que la tique à pattes noires est de ce fait un important vecteur de la terrible maladie de Lyme.

Une fois qu’on a été piqué par une tique infectée, les premiers symptômes de la maladie de Lyme apparaissent, généralement, entre 3 et 30 jours après la piqûre.

Érythème causé par la maladie de Lyme.

Rougeur causée par la maladie de Lyme. © Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

Parmi les symptômes les plus courants, il y a la rougeur sur la peau, à l’endroit de la piqûre. Mais ce symptôme évident n’est pas toujours présent.  Seulement dans 60 à 80 % des cas d’infection il y a apparition de ces rougeurs sur la peau. Lorsqu’elles sont présentes, ces dernières s’étendent rapidement pour atteindre plus de 5 centimètres. Elles peuvent être en forme d’anneau ou de cible. Elles peuvent aussi apparaître à plusieurs endroits sur le corps.

 

Parmi les autres symptôme, on retrouve ceux qui s’apparentent à un bon rhume: fièvre, fatigue, maux de tête, raideur à la nuque et douleurs musculaires et articulaires.

Il y a aussi les histoires de maladie de Lyme récurrente qui sont beaucoup plus terrifiantes.  La maladie provoquerait des effets rappelant la sclérose en plaque.  Bien des débats ont cours à ce sujet.  Mais disons que ce n’est rien de trop rassurant.

La maladie peut aussi affecter le coeur.

La maladie de Lyme se traite à l’aide d’antibiotiques.  Si on réagit rapidement, la maladie se traite bien.  Mais si l’on prend notre temps, c’est là que les problèmes plus graves surviennent.

Si la tique qui nous a piqué est retirée dans un délai de 24 heures, les risques sont beaucoup moindres de contracter la maladie.  Il faut aussi s’assurer de ne laisser aucune partie de l’acarien à l’intérieur de notre peau.  Lorsqu’on a été piqué dans une zone à risque (voir la carte qui est présentée dans le lien plus bas), il est impératif de faire identifier la tique par des experts.  Si l’on a été infecté, il est obligatoire de déclarer la maladie.

Les détails pour l’identification se trouvent ici.

Après chaque sortie en forêt, il est recommandé de s’inspecter attentivement, question de repérer une tique qui se serait accrochée à soi. Les tiques préfèrent les endroits chauds et humides:  les aisselles, pubis, coudes, genoux, etc. Il faut aussi inspecter les enfants et les animaux de compagnie.  Une bonne douche est de mise.  Et il est fort conseillé de bien se laver les cheveux.  En forêt, il faut revêtir des vêtements longs, fermer le plus hermétiquement possible les cols aux poignets et aux chevilles et porter un chapeau qui ramasse nos cheveux.  Et ce n’est finalement pas une bonne idée de déambuler dans les broussailles ou les sentiers de cerfs de Virginie, animal qui est un hôte fort apprécié de la tique à pattes noires.

Ceci étant dit, l’application de tout cela dans le monde réel est assez complexe.  Le printemps dernier, alors que je travaillais à la réalisation d’images de la rainette faux-grillon, je me trouvais dans l’un des secteurs les plus à risques pour contracter la maladie de Lyme.  Pour faire mes photos, j’étais plus souvent qu’autrement accroupi dans les buissons. Résultat:  j’ai régulièrement trouvé des tiques circulant sur mes mains.  Je les ai écrasées avant qu’elles ne me piquent, mais ce n’était pas très rassurant.  Et ce, même si je n’avais aucune idée si c’était une tique à pattes noires ou une autre espèce.

À la fin de la saison, j’ai finalement été piqué par une tique.  Était-ce une tique à pattes noires?  Aucune idée.  Et c’était une nymphe.  Elle était tellement petite que je ne la voyais presque pas avec mes yeux.  Et j’avais pourtant effectuer une inspection minutieuse à mon retour de forêt.  Et j’avais pris une douche longue et chaude, et je m’étais lavé les cheveux.

Je n’ai pas fait identifié la tique par des experts.  Je l’ai tout simplement retirée et jetée.  Et j’ai attendu l’apparition de symptômes, symptômes qui ne sont jamais venus.  Je croyais qu’il était suffisant d’agir ainsi.  Mais non.  J’aurais vraiment dû faire identifier la tique, parce que je l’ai prélevée, bien involontairement, dans une zone à grands risques:  la Montérégie.

Ce printemps, je retournerai à la chasse à l’image à la rainette faux-grillon.  Mais il est clair que si je suis piqué par une tique, j’agirai cette fois autrement.  Il n’y a pas de chances à prendre avec cette calamité qu’est la tique à pattes noires.

Et dire que les gens me disent souvent qu’il est très dangereux de plonger le Saint-Laurent pour faire des photos.  Je dois bien dire que je suis aujourd’hui beaucoup plus inquiet à l’idée de fréquenter les buissons de la région de Montréal.

***

Pour plus de détails, je vous propose de consulter le guide sur le sujet et produit par le gouvernement du Québec.

Capture d’écran 2018-03-01 à 10.18.53

 

Publicités

4 réflexions sur “La tique à pattes noires: une calamité!

  1. même calamité chez moi et bien sûr, des tiques beaucoup nombreuses qu’autrefois!
    quand j’étais enfant, aucune morsure de tique alors que ces quinze dernières années, j’ai été mordue entre deux à cinq fois par saison et parfois dans la même journée!
    depuis j’utilise une crème grasse pour les bras, les jambes, le cou et je ne me fais plus mordre car la tique ne peut plus s’accrocher (conseil de mon médecin qui fait de même)….bon en été c’est pas très agréable de sentir du gras sur sa peau mais je préfère ça car j’ai deux amis qui ont la maladie de lyme dont l’un, un ancien agriculteur, est très handicapé à présent
    je connais beaucoup de personnes qui ne vont plus en forêt à causes des tiques mais pour ma part, je ne saurais me passer de mes balades en forêt donc je m’adapte à ce nouveau contexte 🙂

    • Quelle crème utilises-tu? Et qu’est-ce que tu fais pour tes cheveux? Tu les recouvres complètement? De mon côté, je suis encore chanceux puisqu’une fois que je quitte le pays de la rainette, je me retrouve loin dans l’Est du Québec. Pour la plongée. Et là, aucun signalement de tiques à pattes noires, ni de la maladie de Lyme. Je me retrouve alors bien relax en forêt. Hé que ça fait du bien!

      • n’importe quelle crème hydratante pour peaux très sèches qu’on utilise pour les mains et le corps en hiver ou bien une huile végétale pour le corps, pourvu que ça laisse un film gras sur la peau 🙂
        les tiques adorent les peaux sèches et détestent les peaux grasses!
        quant aux cheveux, que j’ai très longs (cf ma photo de profil) j’en fais un chignon mais je ne porte pas de chapeau (je n’ai jamais été mordue sur le crâne) mais je mets de la crème dans le cou
        ici il y en a partout donc pas de répit! les chats et les chiens en sont souvent infestés et il faut savoir magner le tire-tique 😉
        comme dit mon médecin qui est une femme, on fait d’une pierre deux coups: hydratation intensive du corps et prévention de la tique! 🙂

Laisser un commentaire