Une vaste étude publié dans le magazine scientifique Current Biology nous apprenait qu’en 16 ans seulement l’activité humaine avait provoqué la disparition de 150 000 orangs-outans.

Pas 200.  Pas 500.  Ni même 1000.  Mais bien 150 000!

Ce chiffre m’a complètement renversé.  Et bouleversé.

L’orang-outan est un grand singe forestier qui vit sur l’île de Bornéo.  Évidemment, il figure aujourd’hui sur la liste rouge de l’IUCN (International Union for Conservation of Nature).  Les experts estiment que l’espèce devrait être complètement disparue d’ici quelques décennies.

Les principales causes provoquant la disparition de cet animal magnifique sont la déforestation liée à l’exploitation forestière et à l’industrie de l’huile de palme. La chasse et le braconnage y sont aussi pour beaucoup.  Il y a encore des gens qui mangent ce singe ou qui le tuent parce qu’il s’introduit dans les plantations d’huile de palme, là où il n’est pas toléré.

En tant que grand singe forestier, l’orang-outan a besoin de forêts bien portantes pour s’épanouir.  Et à Bornéo, là où l’orang-outan est une espèce endémique, elles se font de plus en plus rares.

Il reste aujourd’hui moins de 100 000 orangs-outans sauvages.  C’est peu.  Mais il est encore temps de faire quelque chose.  En freinant l’industrie de l’huile de palme notamment et en instaurant des mesures empêchant la chasse et le braconnage.

Je trouve cet animal franchement magnifique.  Ce serait un rêve pour moins de le photographier dans son habitat.  Avant qu’il ne soit trop tard, je devrai bien trouver le moyen de me rendre à Bornéo pour prendre des photos de ce grand singe.  Je voudrai aussi profiter de l’occasion pour photographier l’impact de l’activité humaine sur la nature de cette île.  Et communiquer directement ces informations aux Québécois qui suivent mes activités.

L’été dernier, je suis parvenu à filmer des bélugas nageant dans le Saint-Laurent.  Cette espèce connaît aussi des jours difficiles.  Je me dis que réaliser des images de bélugas, ou d’orangs-outans, de ces animaux profondément menacés, cela ne peut que leur donner un coup de pouce.  Des images parviennent bien souvent à faire connaître mieux que tous les mots du monde les situations difficiles qui frappent certaines espèces.  C’est un peu la modeste part que je peux faire pour ces animaux.  Alors je le fais.  Dans le respect de l’animal.  Bien sûr.

Pour plus de détails sur la situation tragique de l’orang-outan:

via Les orangs-outans de Bornéo disparaissent dans l’indifférence

Publicités

11 réflexions sur “Photographier les orangs-outans avant qu’ils ne disparaissent