Lorsque j’étais encore enfant, je pris la décision de nourrir les oiseaux derrière chez nous.  Je devais avoir 9 ou 10 ans quand j’ai commencé.  Et à l’époque, nourrir les oiseaux n’était vraiment pas à la mode.

Afin de parvenir à mes fins, je construisis moi-même mes mangeoires. Il s’agissait de plateaux rudimentaires que j’avais peints d’un bon brun années 1980.  D’accord, c’était tout croche.  Mais on peut l’excuser puisque c’est un enfant qui les avait fabriqués.

N’en demeure pas moins que j’eus du succès très rapidement.  Comme j’étais à peu près le seul dans le quartier à nourrir les oiseaux, ceux-ci accoururent très rapidement dans mes mangeoires.  Résultat:  mes plateaux se vidaient très rapidement.

Je pris mon argent de poche et je me rendis à la pépinière du coin où ils vendaient des grosses poches de graines de tournesol. Il faut dire que les gros-becs errants venaient chez moi, chaque jour, et qu’ils étaient plusieurs dizaines à consommer les graines de tournesol que je plaçais à leur disposition.  Comme on peut l’imaginer, une poche de graines ne fut pas suffisante.  Je dus en acheter quelques-unes durant l’hiver.

Au printemps, le terrain n’était pas beau à voir.  Il y avait des écales de graines de tournesol partout.  Ma mère, bien que mécontente, m’aida à nettoyer le terrain.  Et mon père me fabriqua une mangeoire plus modeste que les plateaux que j’utilisais jusque-là. Je poursuivis ma mission et continuai de nourrir les oiseaux.  Mais de manière plus raisonnable 😉

Je me souviens aussi d’avoir pris conscience que ce que les gens disaient à cette époque, c’est-à-dire que les oiseaux du Québec étaient tous bruns-laids, était archi-faux.  Les gros-becs errants sont les premiers oiseaux que j’ai vus chez moi et qui étaient aussi colorés.  J’ai alors su que nous aussi on avait des oiseaux au plumage resplendissant!

Ce sont tous ces souvenirs qui me revinrent à l’esprit ces derniers temps lorsque les gros-becs errants furent de retour autour de ma maison du fond des bois.

Publicités

6 réflexions sur “Le gros-bec errant: que de souvenirs!