Afin d’évaluer plus efficacement les sites où je pense m’installer à l’affût, je me suis procuré de petites caméras qu’utilisent les chasseurs.

Le procédé est simple.  Tu programmes la caméra, tu l’attaches sur un arbre, et tu espères qu’un animal passera en avant dans les heures qui suivent.  Si tel est le cas, l’animal en question déclenchera automatiquement la caméra. Et une photo d’être ainsi prise.

Bon, la qualité de la photo n’est pas terrible.  On s’entend que de telles photos ne seront jamais publiées nulle part.  Mais ça permet de voir des choses qu’on ne verrait pas autrement.  Surtout la nuit.  Car oui, ces caméras ont des leds noirs qui permettent de prendre des photos en pleine nuit.

De nos jours, bien des espèces ont adopté des comportements nocturnes même si ce sont des espèces diurnes.  C’est le cas du renard roux notamment.  Celui-ci vit tellement près des humains qu’il préfère bien souvent s’activer après la tombée du jour pour être certain de bien les éviter.

J’ai commencé à tester la chose.  Dans une forêt de Chaudière-Appalaches, près de ma petite maison dans les bois.  Parce que j’espère cet hiver parvenir à faire des photos de canidés sauvages.  Le canidé, c’est pas de la tarte.  C’est rusé.  Et ça nous repère efficacement.  La moindre odeur, et bing, il est parti.  Alors pour parvenir à le photographier, ça exige bien du travail. Et ça commence par parfaitement connaître le site en question.  Ces caméras me seront par conséquent bien utiles.

À ma première tentative la semaine dernière, j’ai rencontré un premier problème.  Les coyotes tournent autour de mon site d’affût, mais ils ne rentrent pas dans la zone payante, là où je pourrai les photographier.  Même la nuit, ils ne viennent pas dans cette zone.  Je le sais car ma première caméra n’a posé…que des lièvres.  Toute la nuit, des lièvres ont été posés par ma caméra à l’endroit où j’espérais voir renards et coyotes.

J’ai très probablement provoqué un problème d’odeur en installant mon affût.  À ma prochaine tentative, je vais m’assurer de mieux masquer mes odeurs.  Ça se fait en laissant la cache (je me sers d’une genre de petite tente de chasse pour me cacher) dans du sapinage (ce qui se fait présentement dans la boîte de mon camion) et en utilisant du savon coupe-odeur.  Je dois m’en procurer avant la prochaine tentative.

Je le disais précédemment, les photos produites par ces caméras ne sont pas d’une qualité impressionnante.  Si on veut obtenir de bonnes photos, alors il faut utiliser un autre système.  C’est un fonctionnement assez simple lui aussi, mais quand même beaucoup plus compliqué que les caméras de chasse.  Il s’agit de prendre un dslr, et de le laisser dehors.  Moi, j’utilise un vieux Canon Rebel XTI.  J’ai fabriqué une boîte de bois.  Et je place dedans.  Et je branche la caméra à un déclencheur automatique.  Celui-ci fonctionne autant en photo qu’en vidéo (mais pas la vieille canon qui ne fait que des photos).

IMG_2195

Bien sûr, ça prend aussi un système pour protéger le flash qu’on devra aussi laisser dehors.  Une boîte de plastique Tupperware fera l’affaire.

Pour l’heure, j’ai seulement fait un test à l’intérieur avec ce système. Et avec ma Sony A7Sii (et non la vieille Canon).

Une souris à pattes blanches qui s’était introduite illégalement chez moi était mon sujet.  Avec une lentille macro, ça donne des résultats assez impressionnants.  J’ai bien hâte d’utiliser tout ça sur le terrain.  Je vous en donnerai des nouvelles!

souris (1 sur 1)

Publicités

Une réflexion sur “Pièges photographiques

Laisser un commentaire