En photo animalière, je me refuse de me rendre dans les zoos.  Pour moi, le défi de photographier un animal dans son milieu naturel est une loi immuable et qui ne doit être violée sous aucun prétexte.

Mais aujourd’hui, j’ai fait exception à la règle.  Je m’en confesse.

Je devais ce matin me rendre au zoo Écomuseum qui se trouve dans l’Ouest de l’Île de Montréal pour aller chercher le prix que j’ai remporté dans le cadre d’un concours de photo.  J’avais soumis une photo d’une rainette faux-grillon, espèce menacée de disparition, et celle-ci a remporté le Coup de coeur du public.

Tant qu’à traverser l’île d’Est en Ouest, j’ai amené fiston avec moi.  Et la blonde aussi.  On s’était promis de visiter le zoo en question.  Évidemment, je ne me rends jamais à un endroit où il y a des animaux sans ma caméra…

J’ai fait plusieurs photos des animaux qui se trouvent dans ce zoo.  Ce sont des animaux qui ont été rescapés d’accidents ou qui sont nés en captivité.  Aucun ne pourrait vivre en liberté, en nature.  Ce qui me réconcilia avec l’activité photo de la journée.

C’était la première fois que je faisais des photos dans un zoo.  Première impression:  c’est drôlement facile en comparaison des kilomètres que tu dois parcourir en forêt pour ne ramener parfois aucune photo digne d’intérêt.  Mais ça, c’est l’évidence même.

Et dans le zoo, les animaux sont proches.  On peut donc se concentrer sur des détails comme les yeux, les dents, etc.

Mais je trouve que les animaux en imposaient moins que ceux qu’on rencontre en nature.  Peut-être à cause de l’adrénaline qui bouillonne dans nos veines quand on rencontre enfin un animal libre qu’on pourchasse depuis si longtemps pour la photo, sensation qu’on ne ressent évidemment pas en zoo.  Je ne saurais dire.  Mais il demeure que les animaux me semblaient ternes dans leurs attitudes.

Le zoo demeure quand même une bonne place pour tester des trucs en photo.  En nature, on a souvent qu’une fraction de seconde pour faire sa photo.  Ça ne pardonne pas.  Si le focus est mou, l’exposition mal réglée ou que sais-je encore, c’est final.  On doit vivre avec le résultat.  Au zoo, on peut recommencer, et recommencer, et recommencer.  L’animal ne peut s’en aller bien loin.  C’est par conséquent un bon contexte de test.  Mais sans plus.

Voici les photos du jour, prises dans un zoo…

2 réflexions sur “Une fois n’est pas coutume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s