Le froid a beau se faire attendre, il n’en demeure pas moins que l’automne est maintenant bien installé autour de nos chaumières.  Même si on vit dans le coin de Montréal.  À preuve, la lumière beaucoup moins éclatante que l’on a présentement sur nos sites de photo, contrairement à la période estivale.

Ça fait que ce matin, j’étais beaucoup trop tôt dans le marais pour que ça en vaille la peine.  Pendant une heure, je n’ai rien pu  faire d’autre qu’attendre l’arrivée de la lumière. Mon appareil photo étant tout simplement dépassé par les événements lorsqu’ils se produisent à 6h30 le matin, l’automne.  La lumière étant juste trop faible.

Quand le soleil a fini par éclairer mon étang, j’ai eu la change d’apercevoir une belle buse.  D’accord, elle était très loin.  Mais ça demeure une buse qui doit réussir à vivre dans la région métropolitaine, là où il y a beaucoup plus d’automobiles que d’arbres.  Alors, chapeau à elle!

buse (1 sur 1)

Plus le jour se levait, et plus les oiseaux s’animaient.  Et j’étais là pour eux.  Pour tester une nouvelle configuration caméra.  Qui implique un capteur plus petit que mon « full frame » que j’utilise normalement.  Plus petit le capteur, certes, mais la caméra, elle, est plus réactive avec mon téléobjectif que mon « full frame ».  Je me dis donc que le match devrait être parfait.

Pour tester la chose, un épervier brun m’a fait signe.  Il était très haut dans l’arbre.  Mais il est demeuré immobile le temps que je teste quelques trucs. Pas très convaincants mes tests, mais bon, ça reste un épervier brun qui vit…vous me voyer venir, j’imagine, avec la région métropolitaine ? 😉

Le plus drôle, c’est que j’ai pris une photo de cet épervier qui ressemble en tout point au dessin de Charles Beckendorf que je me suis procuré récemment et que j’ai reçu aujourd’hui par la poste.  Ok, ok, c’est une lithographie (la 80e sur 300), car je n’ai pas les moyens de me payer un original de ce peintre américain, mais n’en demeure pas moins que la photo et le dessin ont quelque chose à partager entre eux 😉

La lumière faible de ce jour a malmené le plus petit capteur de cette nouvelle caméra Sony A77ii.  Faudra que je retourne plusieurs fois tester la machine sur le terrain pour savoir vraiment ce qu’elle a à offrir, mais bon, de prime abord, je suis pas mal convaincu que je devrai hausser la vitesse d’obturation et baisser les ISO quelque peu, question de réduire le bruit.  Ça devrait constituer de beaux défis. Elle semble plus capricieuse que mon « full frame’ cette caméra aps-c!

Je vous en donnerai des nouvelles, promis.

D’ici là, voici quelques photos du jour:

 

Publicités

Laisser un commentaire