Il y a quelque dix ans, le bar rayé a été réintroduit dans le fleuve Saint-Laurent.

Cette espèce y avait été exterminée par la pêche intensive.

Il faut croire que la niche que ce poisson occupait était demeurée vierge puisque en dix ans seulement, le bar rayé a complètement récupéré sa place.  Même mieux, il est désormais, et à nouveau, vraiment omniprésent dans les eaux du Saint-Laurent.

Aujourd’hui, j’ai eu la chance de nager avec un banc de plusieurs centaines de têtes.  C’était beau à voir.  Des poissons mesurant un pied ou deux qui passent à quelques pieds seulement de toi, c’est franchement impressionnant!

Bien sûr, ma caméra était configurée en macro.  Alors je n’ai pu filmer la scène.  Mais j’en ai profité pleinement de mes yeux.  Ce qui m’a fait du bien. On vit une époque qui ne semble permettre de vivre les expériences que par l’entremise d’une caméra ou d’un téléphone intelligent.  Apprécier de ses yeux la vie qui se vit est devenu un luxe que peu se permettre.  Moi le premier.  Je m’en confesse.

Je me promets quand même de retourner sur le site, dans les prochains jours, muni de ma caméra configurée en grand-angle !

Si je n’ai pu filmer les bars, j’ai quand même posé de nouveau les superbes stichées arctiques.

J’ai aussi trouvé un site où les ulvaires deux-lignes et les sigouines de roche juvéniles pullulent.  Ici, un digne représentant du peuple des ulvaires:

ulvaire deux lignes (1 sur 1)

J’ai de même croisé la route de la grosse poule de mer en cette journée passée sous les flots.  Mais la taille de ce poisson ne m’a permis que la captation de son gros oeil:

grosse poule oeil (1 sur 1)

Sinon, voici le reste de ma récolte du jour:

 

Publicités