Aujourd’hui, gros soleil à Montréal.  Donc une lumière très dure au moment d’aller faire les courses (c’est souvent à ce moment que j’en profite pour prendre des photos au parc).  Alors je me suis dit que le moment était peut-être plus propice à un test qu’autre chose.

J’aime beaucoup la lentille Sony F4 70-200mm EF.  C’est une lentille lumineuse qui offre un beau piqué.  Et qui donne de beaux effets de bokeh (arrière-plans floutés).  Mais je la trouve assez lourde.  Je finis par me fatiguer à la pointer vers le ciel.  Avec mon monopode, ça va.  Mais au parc, j’y vais toujours à main-levée.

Dernièrement, je me suis procuré une petite lentille 70-200mm F4-5.6 mouture A de Sony. C’est une lentille vraiment pas chère en comparaison de la Sony EF 70-200mm. Et qui est très légère.

(La lentille A est la noire.)

Pour utiliser la Sony monture A 70-200mm sur ma caméra Sony A7Sii monture EF, je dois donc avoir un adaptateur pour les lentilles Sony A vers EF.  Vous me suivez? On perd un peu de lumière en l’utilisant de la sorte sur une EF.  Et le focus automatique devient une véritable tortue.  Inutilisable en fait.  On doit faire le focus à la main.  Ce qui n’est pas nécessairement facile à faire avec les oiseaux qui bougent constamment.  Mais avec la fonction « peaking » (c’est une fonction qui permet de surligner ce qui est au focus dans le viseur, quand on y regarde avant de prendre la photo), ça se fait.

La famille mouture EF (full frame E) chez Sony est parfois limitée dans ses options.  Je n’ai pas encore trouvé de doubleur de focal qui fonctionne sur toutes les lentilles Sony EF.  Mais j’ai un doubleur qui fonctionne pour les lentilles Sony A.  Je l’ai amené avec moi cet après-midi.  Ce qui signifie que ma lentille Sony A 70-200mm devenait de ce fait une 140-400mm sur ma Sony A7sii.  Un pouvoir d’agrandissement supérieur, donc.  Et supérieur à ce que je peux atteindre avec ma sony EF 70-200mm avec laquelle je ne peux utiliser de doubleur.  Vous me suivez toujours?

Mais ce n’est pas tout.  La Sony A7sii a une fonction qui permet de réduire le cadre full à un cadre aps-c.  C’est un cadre plus petit que l’on retrouve dans les caméras comme les 6500 chez Sony.  Ce que ça donne de faire cela?  Hé bien ça loupe sur mon cadre full.  Et ça multiplie par environ 1.5 mon pouvoir d’agrandissement. Je sais, c’est un peu compliqué.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’aujourd’hui dans le parc, je me retrouvais avec un appareil qui était capable de me donner 500mm.  Ce qui commence à être très intéressant avec la photo animalière.  Si j’avais plutôt utiliser la Sony EF 70-200mm au lieu de la Sony A 70-200mm, je n’aurais pu que louper sur la cadre.

Dans le parc, j’avais donc un pouvoir d’agrandissement maximal de 500mm avec la Sony A vs 300mm que m’accorde la Sony EF lorsque je passe d’un full frame à un aps-c.  Je sais, je sais, c’est très compliqué.  Et pas si intéressant que ça.  Enfin pour ceux qui n’essaient pas par tous les moyens d’accroître leur pouvoir d’agrandissement au moment de prendre des photos…

Malheureusement, quand on utilise la fonction qui fait passer la A7Sii d’un full frame à un aps-c, ça diminue la qualité des photos.  Le fait d’utiliser un adaptateur et un doubleur aussi.  En fait, ça coupe une partie de la lumière qui se rend au capteur.  Il faut donc diminuer la vitesse d’obturation (ce qui n’est pas vraiment une option en animalier) ou alors grimper les ISO.  En grimpant les ISO, normalement, on crée du grain sur les photos.  Mais les Sony A7sii sont des monstres pour gérer la basse lumière. On n’a pas besoin de monter tant que ça les ISO. Et elles ne créent presque pas de bruit sur les photos.  En tout cas, pas avant d’avoir vraiment monté les ISO très haut.

J’étais donc curieux de comparer le résultat des photos que j’allais obtenir avec la Sony A 70-200mm ainsi configurée avec ce que j’ai obtenu les derniers jours avec la Sony EF 70-200mm.

Je dois dire que j’ai été surpris de la qualité des photos que la lentille A m’a permis de prendre.  Le piqué est là.  On voit beaucoup de détails.  Et elle est quand même lumineuse.  Bien sûr, je perdrais de la qualité avec des sujets qui se trouveraient beaucoup plus loin que ceux qui sont les miens dans un parc de Montréal. Et en « croppant » les photos afin d’aller chercher un détail, on perd beaucoup plus rapidement de la qualité qu’avec la EF, mais bon,  pour une lentille de ce prix, ça demeure étonnant!

Et je rentre ce soir à la maison avec les bras pas mal moins fatigués.

Bref, la lentille A n’a pas à rougir face à la EF dans un contexte de photographie de parc.

Publicités

Laisser un commentaire